Interview Florian Picasso


Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone
Approuvé ? Partage le !

interview-florian-picasso

Pour notre plus grand plaisir, Florian Picasso a répondu à nos questions ! Durant cet interview, le jeune DJ/producteur a abordé différents sujets, comme sa complicité avec Steve Aoki ou encore sa production jouée par Nicky Romero lors de l’UMF 2015. Voici l’ensemble de ses propos :

Interview Florian Picasso

Salut Florian ! Pourrais-tu te présenter pour ceux qui ne te connaissent pas ?

Bonjour, je me présente : Florian ! J’ai commencé dans la musique à 13 ans, d’abord en mixant sur vinyles et étant fan de hip-hop, je me suis initié au scratch. Puis naturellement, la transition vers la musique électronique s’est faite. A mes 17 ans, une envie de créer mes propres morceaux s’est manifestée. Depuis ce jour, je n’ai pas arrêté de bosser et peaufiner mon identité sonore.

Ton nouveau titre « Keep Your Eyes On Me » joue sur la mixité de la partie vocale entre un homme et une femme, ce qui donne une atmosphère unique à la track. Comment as-tu eu l’idée de créer cette musique ?

« Keep Your Eyes On Me » était une démo d’un vocal que deux « songwritter » de Los Angeles venaient de finir et me l’ont présentée. Ils travaillaient en même temps sur des titres avec Madonna et John Legend donc c’était vraiment une chance pour moi de pouvoir collaborer avec eux. Même si il s’agissait plutôt d’une démo destinée à être un titre Pop/Acoustique, j’ai tout de suite accroché et bossé pour rendre le titre plus dynamique.

Tu travailles souvent avec Steve Aoki… Peux-tu nous expliquer ce qui vous a amené à collaborer ainsi que votre relation ?

Steve Aoki est un ami, c’est un gars génial. On s’est rencontré au Sundance Festival à Montreux et le courant est vite passé ! Peu de temps après ça, il m’a demandé de faire un remix d’un de ses singles « Get Me Outta Here » avec Flux Pavilion. Les retours étant très positifs, il m’a invité dans la foulée sur quelques dates en Europe et aux Etats-Unis (Mad à Lausanne, Wet Republic à Las Vegas) et moi à ma façon je l’ai invité pour un barbecue à la villa familiale à Cannes (rires). Au jour d’aujourd’hui, nous nous parlons presque quotidiennement.

L’an dernier, tu as participé à la Winter Music Conference à Miami, où sont réunis les meilleurs DJs du monde entier. On suppose que c’était un moment très important de ta jeune carrière ?

Je veux être honnête avec le public, c’était une super expérience, enrichissante en terme de « networking » et la soirée « Florian Picasso & Friends » a été un gros succès mais j’ai fait assez peu d’autres dates à côté. Je suis très confiant pour la prochaine édition, car d’ici là j’ai beaucoup de musiques et de surprises qui arrivent !

Lors de l’UMF 2015, Nicky Romero a joué une de tes magnifiques productions, qui n’est pas sortie pour le moment. Peux-tu nous en dire plus sur celle-ci ? Son nom, la date de sa sortie… ?

Je recherche toujours le titre pour ce nouveau morceau et travaille actuellement sur le vocal. Je suis surpris car c’est le « most watch ID » sur le set de Nicky Romero et je reçois des messages tous les jours sur Facebook et Twitter pour savoir quand ce morceau sera disponible… Je pense que c’est un de mes meilleurs morceaux !

D’ailleurs, qu’est-ce que ça fait de voir sa musique jouée par le n°8 mondial pendant l’un des plus gros festivals EDM de la planète ?

C’est énorme ! J’étais là juste derrière la scène. Martin Garrix était là aussi, et il a tout de suite demandé à Nicky (ndlr : Nicky Romero) quel était ce morceau.. Plutôt bon signe aussi !

On va notamment te retrouver à l’Amnesia au Cap d’Agde, mais quels sont tes autres dates et projets pour cet été ?

Oui je suis très content pour l’Amnesia, c’est pour moi le meilleur club français ! L’atmosphère est vraiment incroyable ! Je fais également le Pacha Ibiza avec Steve (ndlr : Steve Aoki) début août, l’Indigo à Collioure et quelques dates aux Etats-Unis.

Merci de nous avoir accordé du temps. Que peut-on te souhaiter pour la suite ?

La suite, des surprises, que des surprises…

Interview de Valentin S.