Interview Lumberjack


Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone
Approuvé ? Partage le !

interview-lumberjack

Comme nous vous l’annoncions, voici la troisième interview réalisée durant l’Electrobeach 2015 ! Notre équipe a eu la chance de rencontrer les Lumberjack afin d’en savoir un peu plus sur nos deux frenchies.

Interview Lumberjack

Salut les gars et merci de nous accorder du temps. Tout d’abord pourriez-vous nous faire une petite présentation de vous deux et de votre duo pour les personnes qui ne vous connaissent pas encore ?

Salut les gars, merci à vous de nous accorder cette interview. Il y a Chris, il y a Jim, deux potes qui se sont dit « Pourquoi pas faire un projet pour continuer de s’amuser, rigoler, « s’enjailler » : Lumberjack ». On est tous les deux de Paris, notre studio aussi, et en ce moment, ça commence à se passer plutôt bien avec un son en radio, et un deuxième en cours de travail.

On entend parler de vous de tous les côtés en ce moment ! Vous êtes même en charge de l’afterparty de l’Electrobeach à la Marina avec votre Lumberjack & Friends. Ça ne va pas être un week-end de tout repos n’est-ce pas ?

Effectivement, ce n’est absolument pas un weekend de tout repos, on est en plein dedans, dans l’organisation, dans le stress, les retards à gérer, les nuits d’hôtel, etc. Mais c’est dans notre sang. On fait ça à la cool, dans le but de proposer quelque chose de plus à l’Electrobeach (dans un club qu’on connait très bien), quelque chose de sympa, avec des French DJ’s que tout le monde connait et se doit de connaitre, ainsi que des artistes en devenir.

D’ailleurs pour demain c’est votre ami Harvel B que vous avez invité pour l’événement. Vous avez notamment produit deux énormes collaborations avec lui, « Kheops » et « Monarch », et elles ont très bien marché. Est-ce que vous pouvez nous en dire plus sur votre complicité ?

Oui exactement, Harvel B, notre bon pote, vous ne trouvez pas qu’il ressemble à Carnage ? Ahah, on n’arrête pas de le souler avec ça, c’est notre petit clin d’oeil. Écoutez, Harvel, a du talent, surement plus que nous, certainement beaucoup plus que nous, voir même un peu trop. Mais il est con, il reste assis sur son canapé, à ne rien foutre, et avoir peur des autres.
Mais sachez que le jour où il se réveillera, il ira très loin, d’une simplicité irréprochable, son talent paiera. C’est notre petit nounours, même si des gens l’en empêchent, nous continuerons de le supporter, et de bosser avec lui, quand il aura le temps, bien sûr, parce qu’en ce moment, MONSIEUR est trop occupé avec sa chienne « NALA ». Parce qu’il a décidé, à chaque booking, de se payer un animal de compagnie… (Closer de la night, ahha).

Mais récemment c’est bien sûr votre titre « Warrior » avec Cozi qui vous a fait exploser. Le titre est même joué par les plus grandes radios nationales ! Pourquoi avez-vous choisi un style nettement plus progressive que vos anciennes productions ?

Nous n’avons pas de style, nous faisons de la musique, allant de l’EDM à tous les genres. Maintenant la Dance Music, est large, et nous ne voulons pas avoir d’étiquette, vous seriez bien surpris d’entendre la suite. Nous sommes juste là pour créer des sons, maintenant que nous avons un label, nous avons pour but aussi, de créer des sons mainstream, plus radio, avec un vocal généralement, plus accessible. Mais nous nous amuserons prochainement à remixer nos propres tracks radio en tracks plus club, ou dans des styles opposés. Des sortes de Lumberjack Vision face aux Lumberjack Radio.

Et aujourd’hui c’est au public de l’EMF, présent en nombre, d’en prendre plein la vue. Qu’est-ce que vous nous avez préparé pour ce grand rendez-vous de l’été ?

Beaucoup d’IDs, de bootlegs, de remix, des « démos » comme on peut dire, c’est le meilleur endroit souhaité, pour savoir si ça match, ou si ça va direction la poubelle. Les gens étaient chauds, surtout à l’after-party, quand ils en ont redemandé, c’était magique.

Vous avez également beaucoup de dates pour cet été et dans la France entière. Avec tout ça, pensez-vous pouvoir trouver le temps de produire ?

Pour être honnête, on a passé beaucoup de temps en studio en 2014, et beaucoup moins depuis qu’on a signé avec notre label, mais ce n’est que pour préparer la suite. Dès que nous aurons un planning, et quelque chose de concret à présenter, nous nous enfermerons de nouveau en studio, pour n’en sortir que les jours de dates.

En parlant de production, quel est le prochain titre que vous comptez sortir et dans quel style peut-on l’espérer ?

On est en ce moment sur un titre plus Moombahton club, le prochain sera dans la lignée, puis un remix étrange va arriver entre temps.

Pour finir, qu’est-ce que l’on peut vous souhaiter pour la suite ?

Qu’est-ce que vous avez envie de nous souhaiter? On ne sait pas quoi se souhaiter, à part de continuer.

Merci beaucoup Chris, Jim de nous avoir accordé cette interview et à bientôt !