Interview Adam Trigger


Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone
Approuvé ? Partage le !

interview-adam-trigger

Le jeune frenchie Adam Trigger nous livre ses réactions après son set sur la scène de l’Electrobeach Music Festival 2014 à Port-Barcarès (France). Voici ce qu’il nous a dévoilé !

Interview Adam Trigger

Tout d’abord, est-ce que tu peux te présenter rapidement pour les personnes qui ne te connaissent pas encore ?

Moi, c’est Adam Trigger, je suis originaire du sud de la France. J’habite à côté de Cannes, Saint-Raphaël. C’est la première fois que je suis à l’EMF. J’ai commencé en beach stage, grosse impression, le public était vraiment réceptif. J’ai joué un peu de tout, progressive house, plus house, j’ai joué un peu plus fort aussi des morceaux plus style hollandais. C’était un bon moment !

Tu es en ce moment même basé sur Berlin pour produire. Vas-tu y déménager à plein temps ?

Effectivement, début septembre, parce que j’ai encore des morceaux à finir par ici, je déménage à Berlin. J’ai des studios là-bas donc ça va être une bonne année pour moi. Je travaille avec pas mal de labels, en France et là prochainement en Hollande, mais c’est surtout une question de réseaux sur les studios surtout.

Tu viens donc de mixer à l’EMF. Quelles sont tes impressions à chaud par rapport au festival et au public français ?

Ce que j’ai vraiment aimé, c’est qu’on retrouve vraiment l’ambiance américaine des gros festivals genre UMF ou alors Tomorrowland. Il y a beaucoup de monde, tout le monde connaît le délire festival et progressive house que moi j’aime.

Tu as récemment remixé des titres de Cris Cab ou encore Joachim Garraud. As-tu d’autres remix ou productions de prévus prochainement ?

Je ne peux pas trop en parler. Par contre, j’ai un remix qui va arriver pour un single de Tara McDonald chez Universal Mercury encore, avec un gros artiste américain, mais je ne peux également pas en parler parce qu’elle ne l’a pas encore divulgué. J’ai ce remix qui arrivera prochainement, fin août je pense. C’est du gros effectivement et c’est vraiment le style que je veux affirmer sur mes prods clubs en fait. Ensuite, j’ai un original qui va s’appeler « Digital Dream » qui est vraiment différent dans le sens ou c’est plus electro pop, ça se rapproche plus de Madeon ou de ce style de musique là. Ce n’est pas le même bpm, ce n’est pas un kick sur tout le temps, c’est vraiment un truc différent qui me tient à cœur.

As-tu d’autres dates de prévues en clubs ou festivals cet été ?

Je vais avoir des festivals qui arrivent bientôt, des clubs un peu partout donc j’ai pas mal de choses à voir. J’ai signé avec pas mal d’agences de booking, 3 ou 4, donc on va me retrouver rapidement.

Enfin, étant un jeune artiste français, on te souhaite de continuer ta progression et de faire ta place sur la scène EDM internationale « légèrement » sélective.

C’est vrai, en plus je pense que nous les Français, on l’avez ouvert à la base et aujourd’hui ça un peu pris le dessus côté Hollandais et Suédois. On est là pour montrer qu’on a de très bons producteurs en France et qu’on est là pour l’avenir.