Interview Merzo


Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone
Approuvé ? Partage le !

interview-merzo

Le jeune frenchie Merzo nous a fait le plaisir de répondre à nos questions durant l’Electrobeach Music Festival 2014 à Port-Barcarès (France). Voici ce qu’il nous a dévoilé !

Interview Merzo

Découvert en 2013 par Quentin Mosimann, au travers d’un remix contest sur le site Soonvibes, tu es maintenant un DJ montant de la scène EDM française. Pourrais-tu te présenter pour les personnes qui ne te connaissent pas encore ?

Donc tout d’abord je m’appelle Merzo, c’est mon nom d’artiste, j’ai 19 ans. J’ai commencé la musique en 2012, j’ai découvert ça totalement au hasard. Ensuite, je suis considéré comme un artiste montant au niveau de la scène EDM, assez supporté aussi, même si j’ai encore des preuves à faire.

Après les différentes productions que tu proposais en téléchargement gratuit, tu as signé en mars dernier ta première release « Quartz » sur l’énorme label d’Armin. Comment c’est passé ce passage de cap dans ta carrière professionnelle ?

Avant tout, c’est une grosse preuve envers soi-même en tant que producteur de signer dans un énorme label comme celui d’Armin. C’est de se montrer en tant que producteur que l’on est capable de faire un travail professionnel avec rien du tout, car lorsque l’on démarre on n’a rien du tout. On a ensuite une surveillance constante par rapport aux gros labels et au gros DJ’s. C’est tout simplement ça et puis ça donne confiance au fil du temps, c’est une bonne chose.

Tu nous as également informés d’une collaboration, avec le jeune DJ superstar espagnol Danny Ávila, qui va sortir prochainement. Est-ce que l’on peut s’attendre à de la grosse electro comme vous en avez tous les deux l’habitude ?

Ça sera toujours dans le même style effectivement de l’electro, car on adore ça. Il adore bouriner en live, j’adore bouriner en prod donc, forcément on l’a fait toujours dans ce style-là. Après, je ne vais pas mentir qu’il a tenu un peu plus les rênes que moi. Je lui ai proposé quelques trucs, il a choisi, ça m’a plu aussi et on s’est mis d’accord sur un point. C’est un très très bon gars, avec qui j’ai adoré produire et ça va être un bon titre effectivement. Une grosse release au niveau de l’EDM et du label aussi surtout, je pense. Je réserve un peu la surprise, mais il y aura une première prochainement, ce mois-ci.

Cette année, tu n’es malheureusement pas booké pour mixer à l’EMF. Cependant, tu as déjà confirmé ta présence au Timeless Festival en Belgique les 8 et 9 août prochains. Tu vas même collaborer sur le titre officiel du festival ! Quelles sont tes attentes par rapport à cet événement ?

Comme tu en as parlé par rapport au titre, en gros, l’organisateur du festival m’a booké avec une envie telle qu’à la base il voulait virer Joey Dale du line-up.  Je lui ai dit de garder Joey Dale, car c’est un gars que j’adore et il a quand même une influence sur le festival. Ensuite, pour ce qui est du titre officiel, du jour au lendemain je lui ai proposé. On a une surprise par rapport au festival, car on a un back 2 back prévu avec Blackwhited qui est l’un des autres artistes qui sera présent là bas et qui a, comme on le sait, signé Revealed. Je lui ai proposé de faire un anthem histoire de pousser un peu le festival aussi parce qu’on n’est pas rien par rapport au festival, on est quand même de gros artistes, on fait partie des 5 headliners du festival. Il a accepté tout de suite forcément. On prépare donc un truc spécial cette fois-ci carrément dans un autre style pour que les gens se disent «  m***e » et que ça soit un truc vraiment différent. Je sais qu’on est en B2B lui et moi, qu’on envoie bien et pour une fois on va faire un truc plus émotionnel qui va marquer le public.

Le soutien que tu reçois d’Hardwell depuis ton bootleg de son titre « Countdown » n’est plus à mettre en avant. Qu’est-ce que ça fait, à 19 ans, d’être soutenu par le DJ numéro 1 mondial ? Et surtout, à quand une release sur son label Revealed ?

Donc qu’est ce que ça me fait ? Tout d’abord, c’est impressionnant, parce que moi j’ai commencé la musique pour ce gars-là en fait, Hardwell. J’ai tout le temps écouté que de la Hardwell musique. J’ai commencé avec du vieux Encoded, des trucs comme Cobra que j’adorais. Et puis se dire que son inspiration elle-même vous supporte, là ça vous motive encore plus et ça donne envie de signer chez lui aussi. J’espère vraiment signer un de ces jours dans son label, car c’est vraiment un exemple pour moi et pour tous ceux qui signent son label. Parce qu’il a clairement notifié dans l’esprit de son label qu’il veut être un exemple pour les artistes et c’est ce qu’il est pour moi. Maintenant, je pense qu’il m’a montré que j’ai fait un peu mes preuves par ces supports, mais je pense qu’il veut que je pousse un peu plus loin. Après, forcément c’est Revealed, ce n’est pas n’importe quel label, donc on verra.

Pour finir, qu’est-ce que l’on peut te souhaiter pour la fin d’année 2014 ?

Et bien pourquoi pas signer chez Revealed tout simplement. Et puis continuer et avoir plein de dates, continuer à monter, faire pleins de prods. La musique pour moi c’est de l’amour, j’ai une passion pour ça qui est telle que je ne m’arrêterai jamais et si ça continue de grimper, ça sera que du bénéfice.