Interview Quentin Mosimann


Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone
Approuvé ? Partage le !

interview-quentin-mosimann

Avec des shows exceptionnels et des releases de haute qualité, Quentin Mosimann n’est plus à présenter ! Ce week-end, il était de passage en Belgique, au Summer Mons Festival. Quelques minutes avant son show, celui-ci a agréablement accepté de répondre à nos questions afin d’en découvrir un peu plus sur ses futurs projets !

Interview Quentin Mosimann

Bonjour Quentin ! Tout d’abord, merci d’accorder cette interview à MADM, juste avant ton set devant le public montois. Tu as déjà joué sur les scènes des plus grands festivals tels que Tomorrowland ou encore l’EMF. Dans quelques minutes, tu joueras sur une scène un peu moins connue, qu’est-ce que tu nous as préparé ?

Salut les gars ! Avec plaisir ! Il faut savoir que c’est la deuxième ou troisième date avec l’update du set-up. On a amélioré la formation de la structure, on a modifié quelques éléments de la batterie pour que ce soit plus pratique. On a remplacé également les visuels et je travaille maintenant avec un vidéo-jockey. Il y a de nombreuses nouveautés au niveau des visuels et de la structure. Mais je pense que le plus important, ce sont les productions. Dans les six prochains mois, il y a deux ou trois nouvelles releases qui arriveront. Je viens d’en terminer certaines dans la voiture et je compte les essayer tout de suite pour voir les réactions du public. Ce sont donc surtout des surprises musicales !

Justement, en parlant de productions, tes dernières releases sont très variées. Il y a des morceaux qui sont vraiment dédiés aux festivals, d’autres sont plus chill. D’où vient cette inspiration qui te permet d’assurer une certaine diversité dans tes productions ?

Tout d’abord, il y a une vraie volonté derrière chaque morceau. Avec « The Gifted One » qui est très pop, il y a une envie de se faire kiffer. Parfois, je rentre dans le studio et je me dis « Je vais faire un truc qui me fait kiffer, je vais prendre un peu de plaisir ». En ce moment, je suis sur une dizaine de productions afin de travailler sur un album. Il sera un peu mainstream, un peu plus pop mais un peu plus accessible. Il sera aussi plus dédié à la radio. A côté de ça, il y aura toujours des productions ! Ici, il y a Goof qui sortira chez Big & Dirty dans quelques jours. Je ne peux pas m’empêcher d’aimer les sons un peu hard, un peu violents electro. Mais j’aime aussi la pop ! Il y a toujours un rapprochement entre les deux dans ma façon de faire les drops, dans ma façon de produire. On reconnait toujours mon style mais je reste tout de même très éclectique. Et c’est ce que j’aime !

Tu as été élu 93e dans le DJ Mag Top 100 (par ICI pour voter cette année), et donc 5e meilleur Dj français. Tu as également reçu le prix de Meilleur DJ Performer de l’année par DJ Mag FR. Qu’est-ce que ça te fait d’être dans le même classement que David Guetta, Dj Snake ou encore du duo Daft Punk, dont tu es un grand fan !



C’est incroyable ! Tout comme Dj Snake et David Guetta, les Daft Punk sont mes héros. David Guetta reste un des grands patrons qui a ouvert les portes de l’international pour nous, les Dj’s français. Dj Snake est en train de suivre le même chemin et ça ne peut que nous pousser ! C’est aussi une pression car il faut le mériter. Être 93ème, ça veut dire que je dois encore travailler beaucoup pour rester dans le classement et pour monter aussi. Il faut se battre chaque année !

Il y a quelques années, tu as créé ton label Change Your Mind qui sort encore maintenant des sons de qualité. Quelle est la suite de ce projet ?

Gérer un label demande tellement de travail. Chaque semaine, je reçois entre 500 et 800 démos, et j’écoute tout ! Mais sur 800, j’en garde une dizaine ou une quinzaine. Souvent, ce sont des promos qui sont déjà sorties sur d’autres labels. Parfois, il ne reste qu’une seule production que je peux sortir sur Change Your Mind. Aujourd’hui, c’est difficile d’essayer d’avoir une certaine couleur, un certain style. Je veux essayer d’avoir des morceaux qui groovent, des morceaux un peu plus Bass House. Du coup, soit tu es Future House/ Bass House, et c’est droit et super dur ! Soit tu es Sosumi ou Size qui sont beaucoup plus Groovy et moins durs sur les sons. Dernièrement, il y en a un qui m’a ébloui, c’est Dave Winnel. Il a signé chez Axtone. Il a des drops super Groovy et en même temps très noirs, très Bass House. Et c’est un des rares à savoir le faire ! Son dernier titre Old School est vraiment très bon !

Merci de nous avoir accordé cette interview juste avant ton show. Quelques mots pour conclure, qu’est-ce qu’on peut te souhaiter pour la suite ?

Pour moi, l’objectif le plus important, c’est de pouvoir continuer pour les vingt prochaines années. S’il y a un contrat pour ça, je le signe tout de suite ! (rires).

On l’espère et on te souhaite bonne chance pour le show !

Merci à vous, ça fait chaud au cœur !

quentin mosimann summer mons festival

Quentin Mosimann et son show unique