Reportage Mysteryland 2016 (Pays Bas)


Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone
Approuvé ? Partage le !

reportage mysteryland 2016 festival mainstage

Mysteryland 2016 nous a encore régalés une fois de plus ! Alors que l’année a été marquée par des éditions très réussies de l’Ultra de Miami, de l’EDC Vegas ainsi que de Tomorrowland, l’un des plus anciens festivals nous réservait bien des surprises…

C’est la troisième fois que nous nous rendons à Mysteryland, et nous commençons donc à être bien rodés, l’organisation reste la même que l’an passé : un week-end de festival et une soirée en amont au camping. Côté line-up on retrouve pour la 3e fois Martin Garrix, Afrojack ou Galantis, mais c’est surtout le closing de Diplo qui est très attendu. On commence donc sans plus attendre notre compte rendu de ce festival qui nous laisse l’un des meilleurs souvenirs de l’année.

Reportage Mysteryland 2016 – JOUR 1

Nous arrivons cette année via le Thalys depuis Paris et prenons un Uber pour nous rendre sur place. Il y a des panneaux partout et un partenariat est même mis en place avec Uber, si bien que nous arrivons très rapidement sur place. Il faut ensuite marcher un bon kilomètre avec toutes nos affaires de camping. Après une vérification plutôt rapide, on nous fixe notre bracelet et c’est parti pour le choix de notre emplacement. Contrairement à Tomorrowland où c’était un réel enfer pour trouver un endroit, ici les espaces sont ouverts au fil du temps et tout se fait très facilement.

Comme d’habitude la monnaie au sein du festival est le Token et nous les retirons donc au distributeur (2,71€ pour 1 Token). Côté prix, il faudra compter 1 Token pour une bière, un coca ou un flugel ; 1,5 Token pour une desperados, un verre de vin ou une bouteille d’eau et 3 Tokens pour un rhum ou une vodka. Pour l’eau comme chaque année un principe de gourde est mis en place : vous pouvez acheter une gourde que l’on vous remplit gratuitement tout au long du festival. Quel kiffe pour les festivaliers !

Le camping possède 3 scènes différentes : un grand chapiteau qui est la plus massive, un saloon que l’on avait découvert l’an passé, et la stage Jazz que l’on trouvait avant dans le festival et où beaucoup de monde traîne autour d’un verre de vin. On s’installe donc dans cette 3e ambiance très relaxante, il fait particulièrement beau et c’est de bon augure !

On nous invite à peindre ce que l’on souhaite sur une toile géante, l’occasion pour les festivaliers de laisser leur trace dans l’univers de ce festival toujours aussi magique.

Greenpeace est aussi présent et distribue des frites faites devant nous par … nous-mêmes. Il faut balancer avec un canon une pomme de terre à travers une grille pour en faire des frittes. Assez originale comme technique, mais cela fonctionne et tout le monde rigole.

reportage mysteryland 2016 festival laidback luke

On mange une part de pizza et nous partons voir Laidback Luke qui nous offre un set 100% 90’s et on peut dire que son set est réussi ! Quel plaisir de redécouvrir ces titres old school revisités par le maestro qu’est Laidback Luke. Petit plaisir supplémentaire pour les campeurs : le néerlandais ne sera même pas présent au festival et c’est ainsi une sorte d’exclu de l’avoir vu. Petit passage au Saloon où l’ambiance bat son plein et on termine la soirée avec Don Diablo sous le chapiteau. Le lendemain on attaque le « réel » festival !

Reportage Mysteryland 2016 – JOUR 2

Le jour se lève sur Haarlemmermeer et un beau soleil apparaît au grand bonheur des festivaliers. Nous envisageons d’aller dans une sorte de supermarché éphémère créé pour l’occasion, mais il y a clairement trop de monde pour y prendre son petit déjeuner, nous partons donc de l’autre côté du camping (côté Jazz) pour commencer la journée. S’en suit une douche malheureusement payante (1 Token) et c’est parti pour l’entrée au festival.

Tous les ans le même constat apparaît : les clubbers arrivent assez tard dans le festival, si bien qu’entre 11 h et 14 h il n’y a pas beaucoup de monde sur chaque scène mise à part la Q-Dance qui attire toujours ses inconditionnels.

Nous découvrons ainsi les nouvelles scènes, dont une 100 % espagnole. La mainstage est impressionnante cette année pour notre grand bonheur, bien meilleure que celle de l’an passé. Plus massive et surtout plus décorée, celle-ci prendra toute son ampleur de nuit avec des couleurs assez incroyables.

Outre le côté musique électronique, Mysteryland est surtout un festival concentrant de nombreuses formes d’art. On retrouve ainsi des sculptures et autres œuvres d’art contemporain comme un ours géant ou des balançoires qui bougent toute seules avec un mécanisme de soufflerie.

Nous partons de l’autre côté du festival pour découvrir la toute nouvelle scène Heineken intitulée The Brewery où l’on retrouve d’énormes cuves de bière. L’ancienne, totalement déstructurée, était une franche réussite, celle-ci n’est pas mal non plus, plus classique peut-être.

Côté Q-Dance, on trouve une immense tête de buffle qui est réellement impressionnante. Tant par sa taille que par son infrastructure, c’est l’une des stages Q-Dance les plus réussies. Après le gorille de l’an passé, ce buffle est vraiment magnifique. Nous continuons petit à petit notre tour des scènes et retournons vers la Main Stage où Sam Feldt joue son set. Comme très souvent avec lui, c’est Show Me Love le premier titre de son set et on remarque que le public est tout de suite réceptif.

Suite à ce set, nous poursuivons notre tour des stages et tombons sur une petite scène appelée « Cabinet de curiosité » où l’on découvrira quelques performers tels que des jongleurs ou des danseuses.

reportage mysteryland 2016 festival sander van doorn

De l’autre côté du festival prend place Sander Van Doorn sous le chapiteau de la Spinnin’ Session. Une fois encore la scénographie est réellement impressionnante. C’est assez dingue l’immersion que l’on retrouve lorsque l’on entre dans ce chapiteau avec un noir complet. On se croirait en pleine nuit, c’est fou ! Nous profitons donc de ce très bon set avant d’aller manger un morceau.

Il faut compter entre 7 et 11€ pour le repas, que ce soit un wrap, un burger, une crêpe ou une brochette. De ce côté là, comme chaque année, il y a réellement de tout ! Des burgers vegan aux nouilles vietnamiennes en passant par les mets espagnols, indiens ou mexicains, c’est totalement dingue, pour notre plus grand bonheur. Bien entendu il en va de même côté boisson avec de la sangria, du vin français, ou même du thé asiatique.

On retourne ensuite sur la main pour lancer la soirée. Galantis est donc sur scène avec un live set aux percussions complètement fou. Le soleil se couche au fil du set et cette scène nous livre un tout autre visage de nuit. C’est réellement dingue et le public répond magnifiquement bien au duo. Un très bon set dans l’ensemble avec la « seafox nation » bien présente !

Le dernier set de la journée arrive et nous décidons de voir le closing de la Q-Dance plutôt que celui de la mainstage. Comme prévu, celui-ci est totalement dingue. Le buffle est illuminé de mille feux. Après un feu d’artifice d’une bonne dizaine de minutes, les festivaliers retournent petit à petit au camping dans un calme étonnant. Une fois sur place la fête n’est cependant pas terminée.

Afrojack nous livre un set ultra techno côté chapiteau alors que l’on découvre un peu plus loin une boite de nuit silencieuse où chaque clubbers à un casque audio. Après cette belle petite expérience, nous décidons de dormir, il nous faut de l’énergie pour demain !

reportage mysteryland 2016 festival q dance

Reportage Mysteryland 2016 – JOUR 3

Aujourd’hui ,c’est dimanche et c’est déjà le dernier jour de festival… Au programme, la découverte des dernières scènes et le closing tant attendu de Diplo. Après la déception de la veille pour le petit déjeuner, nous prenons les devants et arrivons assez tôt près du magasin pour éviter le monde. Cela fonctionne plutôt bien et nous déjeunons donc assez copieusement pour tenir un moment.

Nous partons ensuite pour le Saloon en attendant l’ouverture où il y a une ambiance de folie. Les campeurs sont déchaînés, dansant en pantoufle, brosse à dent à la main. Le DJ fume la pipe, c’est réellement hors du temps. On s’éclate tant que l’on en oublie presque l’ouverture du festival. Il fait moins beau aujourd’hui et le temps est presque menaçant, dommage, mais tant pis !

Nous arrivons donc dans le festival et découvrons d’autres parties comme le Healing Garden, un endroit où tous nos sens sont mis à contribution. Axé sur la méditation et les essences naturelles, cet endroit ressourçant est l’une des parties les plus populaires du festival. Suite à ça, nous retournons quelque peu en Q-Dance avant de grimper la pyramide qui la surplombe. En haut un espace dédié à la réalité augmentée est mis en place. On peut ainsi se retrouver à différents lieux du festival en enfilant des lunettes 3D dont la mainstage, par exemple où même se retrouver aux côtés d’MC Villain, sur les platines du buffle de la Q-Dance. Une belle petite expérience !

On redescend petit à petit pour découvrir le set des The Partysquad. Comme nous pouvions nous y attendre, le set est d’une puissance incroyable et la scène Heineken envoie réellement lorsque l’on s’avance au centre de la piste. Un set de folie et une énergie complètement dingue. La journée passe et nous continuons notre tour en alternant danse, repas et rafraîchissement.

reportage mysteryland 2016 festival birds

La journée touche à sa fin et nous prenons place sur la mainstage où Martin Garrix nous livre un set toujours aussi bien ficelé. On se rappelle encore il y a 3 ans lors de la seconde édition de l’Amsterdam Music Festival où ce jeune homme faisait ses premiers pas sur les grandes scènes, son ascension est fulgurante, c’était totalement inimaginable.

Suite à son dernier titre arrive Diplo pour clôturer ce festival. Nous nous attendions à un très bon set, il nous a fait un excellent set. Certainement l’un des meilleurs closing de l’année, c’est dire le niveau ! Si vous ne l’aviez pas encore, écoutez, rattrapez vite votre retard. Ce génie nous a fait passer par toutes les émotions, de Roll That Bass à Believer que nous vous avons présenté il y a peu. En fin de set, Walshy Fire est venu le rejoindre formant ainsi un closing sous la bannière des Major Lazer. Le feu d’artifice qui s’en est suivi étant tout aussi impressionnant, c’est des étoiles plein les yeux que nous repartons nous coucher, des souvenirs pleins là tête.

Le lendemain, c’est le départ. Il faut quitter les lieux avant 12 h et nous regagnons sans encombre la sortie. L’organisation étant exemplaire à tout niveau, rien n’est laissé au hasard, même de ce côté-là.

En conclusion on peut dire que Mysteryland 2016 reste l’un des plus grands festivals du monde amenant la musique électronique à un autre niveau que ses concurrents. Après avoir été à Tomorrowland et Mysteryland durant le même été, Mysteryland remporte assez logiquement la place de N°1. En effet, son organisation est parfaite et cette ambiance assez hippie est juste magique.

Alors bien entendu, il y a beaucoup moins de festivaliers qu’à Tomorrowland, l’édition de cette année n’était même pas complète, pour un prix 3 fois plus faible. Alors bien entendu il n’y a pas tous les meilleurs DJs du monde, mais qu’importe, l’art la musique et la féerie ne font qu’un dans ce festival unique au monde. C’est ça aussi qui fait le charme de Mysteryland : un festival tellement moins populaire que son petit frère (car oui Tomorrowland n’a que 11 ans contre 28 pour Mysteryland).

On se sent ainsi beaucoup moins parmi les touristes qui ne connaissent pas grand-chose à la musique, mais qui viennent à Tomorrowland comme premier festival… Peut être es-ce une critique facile, mais c’est un ressenti que l’on retrouve réellement prononcé entre ces deux festivals. Mais il n’est pas de meilleur juge que soi-même, mais si vous hésitez à franchir le pas, n’hésitez plus et foncez, vous ne serez pas déçu !

Retrouvez des photos supplémentaires sur notre page Facebook

reportage mysteryland 2016 festival atmosphere