Interview Adrien Toma


Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone
Approuvé ? Partage le !

interview-adrien-toma

Le jeune frenchie de Fun Radio, Adrien Toma, nous a fait le plaisir de répondre à nos questions durant l’Electrobeach Music Festival 2014 à Port-Barcarès (France). Voici ce qu’il nous a dévoilé !

Interview Adrien Toma

Beaucoup de personnes te connaissent notamment à travers les différentes émissions que tu animes sur Fun Radio et les soirées Party Fun Club où tu mixes. Peux-tu nous en dire plus sur ton parcours pro ?

Moi je suis né dans un club puisque mon père a une boite de nuit dans le sud. Donc à 11 ans, je me suis mis derrière les platines, il m’a un petit peu appris comment on mixait. Donc le week-end après tu vois, j’y allai un peu en mode scred en lui demandant : « Je peux allumer la sono pour mixer ? « . Ça me titillait forcément. Et puis au fur et à mesure voilà. J’ai fait bac L, truc qui m’a soulé grave. J’ai vu une école de radio et je me suis dit : « Génial, c’est ce que je veux faire ». Parce que j’écoutais beaucoup la radio et je faisais du mix. Et donc je monte faire l’école de radio et en fait je ne captais pas Fun dans ma région, dans le sud-ouest, donc je ne connaissais pas trop Fun Radio. Et quand je suis arrivé à Paris, j’ai découvert Fun et je me suis dit : « C’est génial, une radio ou à la fois tu peux animer et à la fois tu peux mixer ! « . C’est super, et j’ai dit je veux faire ça. Mes deux passions réunies dans un seul truc, donc j’ai dit allez je postule. Et puis, ils m’ont appelé une semaine après, car tu sais tu fais une maquette, tu postules, et donc après ils m’ont pris pour Fun Radio Nantes où j’ai fait deux ans chez eux. Je me suis fait un peu la main, j’ai passé deux super années. Ensuite en 2010 je suis monté à Paris et en 2011, je crois, j’ai fait Party Fun. Mon boss m’a dit : « Vas-y fait nous un truc ». J’ai eu l’opportunité et depuis Party Fun je n’ai jamais lâché et ça va crescendo, je propose de plus en plus de choses.

Avec Party Fun Remix tu as également l’occasion de rencontrer de grands noms de la scène EDM, comme les New World Sound récemment. Qu’est-ce que cela t’apporte dans ta carrière personnelle ?

Quand je reçois des artistes dans mes émissions, c’est d’abord de rencontrer ces gens-là parce que c’est toujours un plaisir de partager avec des mecs qui ont fait leurs preuves, qui sont connus dans le monde et qui t’apportent une expérience en plus. On discute beaucoup hors antenne. Il y a l’émission où l’on fait l’interview, mais en dehors de ça, comme ici quand on a fait les interviews à l’electrobeach, tu discutes un peu hors antenne même après, tu gardes un mail, tu échanges. Donc, je garde contact avec ces gens-là si tu veux et ces gens-là après ils te connaissent et ça permet que si demain, j’ai une prod à leur envoyer, ils iront se dire : « Lui on le connaît on va écouter ». Oui, c’est bénéfique à ce niveau-là et tous les artistes que j’ai rencontrés, interviewés, ça s’est superbement bien passé. Tu parlais de New World Sound effectivement, il y a eu Dimitri Vangelis et Wyman qui ont signé chez Steve Angello pour « Payback », là il y a eu R3hab, Krewella, j’ai fait Dimitri Vegas aussi à l’Inox, les NERVO. Enfin voilà, tu rencontres Armin van Buuren aussi, Alesso, enfin tu vois, c’est des rencontres superbes et avec de grands messieurs. Il y a encore des gens que j’ai envie de rencontrer, Hardwell je ne l’ai pas encore rencontré, Nicky Romero, ça fait partie des gens que j’ai envie de rencontrer parce que c’est des gens qui m’inspirent dans la production aujourd’hui. C’est important en fait de rencontrer ces gens-là, de discuter, pour vraiment avoir, tu sais, un avis sur ce qui se fait aujourd’hui dans le monde.

Concernant tes productions, tu as notamment cartonné avec Natty Rico et le titre « My Sax Is Yours » en ce début d’année. Nous réserves-tu de nouvelles productions très prochainement ?

Là sur l’été il y a une grosse tournée. Je fais une tournée en partenariat avec Fun Radio, Beach Rugby Tour, sur toutes les plages de France, on fait tout le tour. Je l’ai faite il y a deux ans, c’est extraordinaire. On fait des grosses soirées après. La journée, il y a des matchs de rugby, et le soir on fait des soirées avec Fun Radio. C’est vraiment super, il y a une belle ambiance. J’ai plein de dates aussi à côté de ça. Je fais deux, trois événements en plein air, pas mal de discothèques aussi. Pour ce qui est des prods, je travaille sur beaucoup de choses en ce moment. J’ai un titre qui arrive avec Alex Van Diel avec qui j’ai déjà sorti « Nuklear » chez DJ Center. On a fait un nouveau truc, voilà on le finalise tranquillement. Et puis a titre perso, tu sais j’ai plein de titres, mais je ne sais pas lequel sortir. Il faut que je finisse d’abord celui-là avant de passer à un autre donc c’est compliqué. Il faut que j’arrive vraiment à me décider et à sortir une prod, la prochaine elle sera pour la rentrée, je pense, pour septembre.

Pour finir, qu’est-ce que l’on peut te souhaiter pour la fin d’année 2014 ?

De continuer à m’éclater dans les clubs de France, de continuer à produire de l’electro et voilà plein de belles choses, plein de rencontres. Les plus belles rencontres des dernières années vous l’avez vu, c’est Quentin qui est devenu aujourd’hui un très bon ami et voilà c’est important. On parlait des mecs, des New World Sound, que je rencontre dans le cadre vraiment du travail, mais pour le coup Quentin je l’ai rencontré aussi dans le cadre du travail et pareil lui aussi il a une grosse expérience donc ça a permis d’échanger et il m’a appris vachement de trucs. Donc voilà, peut être une collaboration, on verra écoute.