Reportage Mysteryland 2015 (Pays-Bas)


Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone
Approuvé ? Partage le !

reportage-mysteryland-2015-festival-pays-bas

C’est donc lors du dernier weekend d’août qu’a eu lieu l’un des plus vieux festivals : Mysteryland 2015. Ces 29 et 30 août clôturant la saison des festivals étaient cependant l’un des plus gros week-end de l’année en comprenant les géants Creamfield, Burning Man et Mysteryland. Considéré comme le grand frère néerlandais de Tomorrowland (23ème édition contre 11ème pour Tomorrowland), Mysteryland n’a pas a rougir de son infrastructure et de l’univers incroyable qu’il arbore chaque année. Certes le Line-up n’est pas aussi impressionnant que les géants EDC, Ultra ou Tomorrowland, cependant la théâtralisation de chaque scène, ainsi que la quantité d’univers différents présents dans le même festival en fait l’un des plus mythiques.

Reportage Mysteryland 2015 – JOUR 1

Pour cette édition aux Pays Bas, ID&T nous propose un festival sur 2 jours ainsi qu’un camping sur le lieu de l’événement. C’est donc avec plaisir et excitation que nous arrivons le Vendredi 28 août à Haarlemmermeer sous un beau soleil à l’entrée Camping. Côté parking c’est très bien indiqué et donc très simple. Il faut cependant marcher 10 minutes avec toutes nos affaires pour aller jusqu’au camping. Une fois arrivé l’attente ne dépasse pas 5 minutes, ce qui est des plus agréable.

Après une vérification des bagages classique, nous passons devant une nouvelle machine permettant d’obtenir son bracelet pour le festival. Cette machine chauffe un plastique pour le fixer au poignet et on peut dire que ça fonctionne très bien ! C’est rapide et impossible de perdre ou d’enlever son bracelet du week-end. Nous voilà donc dans Mysteryland et commençons par trouver un endroit pour installer notre tente avant de faire le tour du camping. Nous avions opté pour la formule la moins chère (où l’on ramène tout) mais si ne vous vous sentez pas l’âme du campeur, vous pouvez opter pour une tente déjà montée ou même un Tipi comprenant tout le confort nécessaire à ce week-end d’exception.

À peine la tente montée, des danseurs déguisés en monstres bleus se baladent dans le camping et nous donnent une sorte de sachet surprise. A l’intérieur : un plan du camping avec l’emplacement de la scène où se déroulera la préparty du vendredi soir. Nous trouvons aussi un sachet de graines de pelouse afin de replanter celle-ci lors de notre départ… Nous sommes bien arrivés à Mysteryland ! Une fois le sachet rangé, nous faisons un tour de camping et comme d’habitude avec ID&T : il ne manque rien !

reportage-mysteryland-2015-festival-pays-bas-tokens

Aucune queue pour retirer nos tokens (1 Token = 2,7€), pas d’attente non plus pour accéder aux lockers, bref c’est d’une simplicité enfantine et agréable. Nous achetons une sorte de gourde pour 2 tokens qui permet d’avoir de l’eau à volonté tout au long du festival. Pour les goodies il faut compter 20€ la casquette, c’est classique mais elles sont belles ! Bref, il y a un supermarché, des dizaines de douches si bien qu’on ne fera jamais la queue (un peu pour les filles), de même pour les toilettes, des stands de nourriture allant du burger frites aux repas végétariens ; tout y est !

Après un bon repas nous allons donc sous cette scène aux couleurs de Redbull qui envoie déjà un joli son. Sous un grand chapiteau les campeurs se rassemblent donc et entament leurs premiers pas de danse. Il est 20 h et arrive des dizaines de tiges de bambou, tout le monde en saisit une et nous voilà en train de danser en pleine jungle, la folie a déjà commencé !

Après quelques DJ sets somme toute assez agréables nous nous rendons dans la seconde stage du camping : le Saloon. Tout est « old school », le DJ mixe sur vinyle et l’ambiance est incroyable. On se croit Marty McFly retournant 30 ans dans le passé pour danser sur du « bon vieux rock » et c’est assez génial. Nous y resterons jusque tard dans la nuit. Côté DJ, ils ne sont pas réellement connus, tout du moins pas des non-néerlandais. Mais c’est ça qui fait le charme de Mysteryland, rester sur une petite stage avec un DJ inconnu et délaisser un « géant » pour la simple raison que l’ambiance sur la petite scène est terrible et que ce petit aux 100 likes facebook fait un set incroyablement bon !

Le retour à la tente se fait très facilement car tout le camping est éclairé par d’énormes projecteurs, petit problème une fois couché : on voit comme en plein jour dans la tente à cause de ces projecteurs et il faudra faire avec pour s’endormir.

Reportage Mysteryland 2015 – JOUR 2

reportage-mysteryland-2015-festival-pays-bas-paysage

C’est par un beau soleil que nous nous réveillons, la journée s’annonce parfaite. Au programme : découverte du festival et nos immanquables : Oliver Heldens, Laidback Luke, Firebeatz et Alesso en closing de la mainstage. Pas une seconde de queue à la douche, le petit déjeuner se fait tranquillement près de l’accès wifi gratuit et nous découvrons une première vidéo du camping réalisée par les équipes de Mysteryland. Ils avaient filmé le vendredi, ont passé la nuit à monter cette vidéo pour nous réveiller le lendemain matin, quelle bande de fous !

Nous voilà en route pour le festival, découvrant ce qu’ID&T nous a concocté. Nous traversons de part en part le festival et retrouvons donc certaines scènes habituelles comme la Q-Dance, toujours positionnée face à la butte. Une fois encore c’est une toute nouvelle scène qui est proposée, représentant un magnifique gorille. Il n’y a pas trop de monde et nous avançons donc tranquillement à travers les différentes structures toutes plus dingues les unes que les autres. De la cave, à peine aux normes, à une église gonflable géante, l’univers de Mysteryland est sans limites et il est certainement impossible de ne pas trouver chaussure à son pied tant les ambiances sont différentes !

Les drapeaux volent au vent tout comme les ballons gonflables, nous entendons de temps en temps les cris de ceux qui sautent à l’élastique, tout est beau dans le meilleur des mondes. Revenons à l’église gonflable qui arbore un son made by Funktion-one, autant dire que ça envoie. C’est alors qu’un couple de personnes âgées arrivent sur scène et réalisent un sketch des plus drôles au milieu des festivaliers.

Arrive le moment de se restaurer et on peut dire qu’il y en a pour tous les goûts. Des plats vietnamiens aux sauterelles grillées, en passant par les burgers, les omelettes, les pizzas et le restaurant gastronomique, tout le monde est rassasié. Comprendre environ 3 tokens pour un plat, soit un peu moins de 9€. Prix classique dans ce genre d’événement, et en plus c’est varié. Pour les boissons, la bière est à 1 token (soit 2,7€) les softs aussi, pour une vodka redbull il vous faudra souvent 2 voire 2,5 tokens. Des prix normaux pour résumer.

reportage-mysteryland-2015-festival-pays-bas-cocktail

Au détour d’une scène nous passons au Healing garden, lieux de toutes les senteurs et autres spiritualités. Certains se font hypnotiser alors que d’autres sont en communion avec la nature. Nous arrivons devant une sorte de boite à jouet géante appelée Supertoy où la foule s’éclate à regarder le spectacle présent sur scène. Les puissances sonores sont en revanche quelque peu inégales à l’image de la stage Vinyl only qui est clairement trop forte, le son extérieur étant assourdissant.

Comme toujours à Mysteryland, nous pouvons réaliser notre propre totem et l’arborer dans tout le festival. À peine le totem terminé, il est temps pour nous de nous rendre à la mainstage pour découvrir le set concocté par Oliver Heldens. Ce tout nouveau set est bien plus entrainant que celui réalisé à Sensation ou ElectricLove et c’est tant mieux. Arrive ensuite le maître de la technique : Laidback Luke. Véritable technicien, il nous livre un set énorme, avec de nombreux remix inédits et une cohérence parfaite. Le soleil brille de mille feux et les chevaux de la MainStage sont tout simplement magnifiques ! On notera d’ailleurs le remix un peu jungle de Pompeii de Bastille.

Il est 18h et nous passons quelques instants devant la Q-Dance pour profiter de l’ambiance de folie des festivaliers avant de nous rendre sur la scène consacrée à Spinnin’ sessions pour assister au set d’une heure de Firebeatz. Montant en puissance tout au long de l’heure de set, nous avons pu assister à une performance chantée en live et très bien amenée devant une foule en délire, bref un joli moment proposé par le duo.

Une fois le set terminé il nous reste pile assez de temps pour manger avant d’aller se placer sur la mainstage afin de profiter au maximum du set d’Alesso. Nous assistons donc à une fin de set de Nicky Romero avant de découvrir la superstar de la journée. Monstrueux à ElectricLove nous nous attendions à un set tout aussi extraordinaire. Cependant la mainstage n’étant composée que d’un petit écran les effets visuels de celui-ci n’avaient pas du tout le même impact. On regrettera aussi l’utilisation très tardive des lasers (environ 30 minutes avant le closing de la journée, c’est peu). Le set était bon mais sans rester dans les mémoires, nous attendons avec impatience le lendemain.

reportage-mysteryland-2015-mainstage-festival

Nous avons quand même pu bénéficier d’un feu d’artifice de closing de journée après une attente d’environ 5 minutes où tout le monde s’est demandé s’il allait y en avoir un. Il est en effet étonnant de la part d’ID&T d’avoir 5 minutes de blanc total. Plutôt bien réussi, ce closing mettait bien en avant les chevaux de la scène mais surtout les feux d’artifice présents à l’arrière de la stage. (Bien le seul avantage d’avoir un gros vide au milieu de la scène). S’en suit une marche d’environ 10 minutes avant de retrouver le camping où le saloon est toujours complet et où l’ambiance bat son plein. Il en va de même pour la scène principale du camping où le Baron de la Techno, j’ai nommé Dave Clarke, nous fait un set d’une pure techno. Qu’on aime ou pas, on peut reconnaître le talent de cet artiste. Il est temps pour nous d’aller dormir afin de profiter de la dernière journée de ce merveilleux festival.

Reportage Mysteryland 2015 – JOUR 3

La pluie nocturne s’est arrêtée lors de notre réveil. Nous nous baladons une dernière fois dans le camping, la boisson vendue au saloon (du Schrobbeler) est en service libre, de quoi bien démarrer la journée ! Il faut démonter la tente et tout mettre dans la voiture avant l’ouverture du festival car il n’y a pas de camping lors de la nuit du dimanche soir. À peine tout cela terminé, il est temps d’aller visiter une dernière fois ce festival d’exception. Nous découvrons ainsi des lieux où nous n’étions pas passés la veille (telle que l’entrée du festival pour les non-campeurs).

Comme souvent vers midi, la mainstage et l’ensemble des autres stages sont incroyablement vides. C’est assez dommage d’ailleurs que les festivaliers attendent souvent 14h ou 15h avant de rentrer dans le festival. Quoi qu’il en soit, c’est l’occasion pour nous de nous attarder sur certains stands complètement pris d’assaut la veille tel que le stand Coca-Cola où l’on peut tester ses reflex, chanter des chansons d’anthologie (New York New York de Sinatra par exemple), le tout sur fond de recyclage prôné par la marque.

Ensuite nous retournons dans la sorte d’hangar abandonné où nous nous étions éclatés l’an passé et nous tombons sur une Djette (Kleine Kim), inconnue au bataillon, qui nous délivre un set magnifique. Un mélange subtil entre Reggae, Rnb et Edm ricain assez improbable. À tel point que nous décidons d’y rester plutôt que d’aller voir le set de Deep Dish en main, ce sera pour une prochaine fois. À peine ce set terminé nous partons vers la scène QDance et le célèbre MC Villain et où se trouve actuellement la superstar COONE.

reportage-mysteryland-2015-festival-pays-bas-qdance

Bass Modulators prennent le relai et nous commençons à monter tout en haut de la butte pour avoir une jolie vue sur l’ensemble du festival. Après une ascension de 200 marches, nous nous retrouvons dans une salle aux couleurs de Desperados où, après quelques secondes de repos nous sommes pris au beau milieu d’une bataille de polochons géante. Quel plaisir de balancer son oreiller sur un inconnu ! Après une petite pause au sommet de la butte, nous faisons un dernier tour des scènes principales, tel que la Heineken Starclub ou la Hyte où se trouve Jeff Mills !

Nous arrivons sur la mainstage pour voir Netsky qui nous fait un live total avec tous leurs synthétiseurs ! S’en suit l’un des 2 plus attendus de la journée : Dillon Francis ! Et on peut dire que nous n’avons pas été déçus ! Tant le set était énorme tant son show présent sur l’écran était impressionnant. Un véritable spectacle où il s’amuse à troller les plus grandes stars de la scène électro comme Tiësto, Martin Garrix ou Avicii (les faisant apparaître nus) mais aussi Shia LaBoeuf ou Schwarzenegger. Revisitant ses classiques, c’était l’un des meilleurs sets de cette édition. Et ce qui suit reste dans le même tempo avec l’arrivée de Knife Party. Etonnamment, il n’y avait qu’un seul des 2 membres du duo mais il est resté très efficace tout le long avec une version inédite d’Internet Friends mémorable. Contrairement à la veille, la prod’ n’a pas attendu le dernier set pour lancer ses lasers et c’est tant mieux, tant ceux-ci collent avec l’univers de Knife Party.

Pour notre closing nous décidons d’aller en Q-Dance afin de profiter du meilleur show. C’est un choix, nous ratons ainsi Martin Garrix mais nous l’avions vu 2 semaines auparavant à Vegas et nous le reverrons dans 1 mois lors de l’Amsterdam Music Festival. Quoi qu’il en soit la scène Q-Dance envoie énormément une fois la nuit tombée ! On y trouve même près du double de lasers qu’en mainstage ! C’est donc sous un show magnifique que se termine ce festival, la musique hardstyle vidant nos dernières forces.

Il est malheureusement le temps de rentrer. On pourrait peut être reprocher à Mysteryland de finir trop tôt (23h) mais c’est certainement une raison légale. Cette édition aura encore été une franche réussite malgré un Line-up un peu en deçà de ses concurrents, l’univers créé par ID&T rattrape merveilleusement bien ce manquement et que dire de l’organisation parfaite à laquelle on assiste ? Pas d’attente, aucun manque, bref sur ce point-là on voit bien qu’avec plus de 20 éditions, les équipes maitrisent parfaitement leur festival. A l’année prochaine !

Retrouvez des photos supplémentaires sur notre page Facebook

reportage-mysteryland-2015-festival-pays-bas-drapeaux