Joachim Garraud au Fhloston : on y était !


Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone
Approuvé ? Partage le !

joachim-garraud-au-fhloston

Jeudi soir, un membre de l’équipe MADM avait rendez-vous à Montauban pour voir la prestation d’un des plus grands DJ français de ces 20 dernières années : Joachim Garraud !

LE CLUB

L’événement se déroulait au Fhloston, club situé dans la grande zone commerciale « Albasud » de la préfecture Tarn et Garonnaise. Au niveau de l’accessibilité, aucun problème à déclarer ! Située sur les bords de la rocade montalbanaise, pas de souci majeur pour retrouver sa soirée (à condition de s’être renseigné sur le trajet avant de partir, bien évidemment).

Une fois arrivés, nous avons pu découvrir le lieu. Aux premiers abords, c’est la taille de la salle qui nous interpelle. En effet, habitués à certaines grandes boites toulousaines, celle-ci peut nous paraître légèrement petite. Nous verrons, au fur et à mesure de la soirée, que cette surface raisonnable est un des nombreux points positifs du Fhloston. Cela permet un rapprochement de l’artiste, enlevant une certaine barrière avec le public. Si nous devions définir l’endroit en un seul mot, nous serions unanimes : convivialité. Outre les dimensions de la discothèque, on peut mettre en avant le côté « visuel » : branché, design… On s’y sent bien. Le tour est fait, c’est un peu petit, mais joli, classe et récent. Il est temps pour nous d’aller boire un coup ! On y découvre alors des prix abordables et moins élevés que dans d’autres soirées en ville. Pour le montant de 7€, vous pouvez profiter d’un verre d’alcool fort, raflant les 10€ dans les autres boîtes de nuit. Dernier point positif du Fhloston : la sécurité. Aucun problème à déclarer, bon travail du staff et une bonne fréquentation. Bizarre à dire, mais c’est la première fois que nous nous sentions autant à l’aise dans une discothèque.

En conclusion pour présenter brièvement le Fhloston : Une taille, pourtant limitée, très bien exploitée afin d’y regrouper convivialité et sécurité. La boîte est agréable, design, et les prix restent abordables pour une discothèque.

LA SOIREE

Sur les réseaux sociaux, Joachim Garraud était plus ou moins annoncé de 2h à 4h. Pour bien profiter de la soirée, nous sommes arrivés dès 23h30. Après quelques rencontres, quelques verres, et quelques cigarettes, le DJ français est attendu ! Il est 2h11, et le DJ résident se trouve toujours aux platines. N’ayant pourtant rien contre lui, nous nous impatientons à l’idée de nous dire que le plus grand des « Space Invaders » sera présent à quelques mètres de nous pour nous faire partager son live. Plus que quelques minutes à attendre avant son arrivée…

Il est 2h26, Joachim Garraud pointe le bout de son nez et semble content de nous retrouver dans cette boite branchée du Tarn et Garonne ! C’est alors le début d’un énorme set qui durera environ deux heures. Après un début de prestation se trouvant entre la techno et l’électro-house, le grand DJ décide de nous faire partager son plus grand succès… En effet, à 2h45, les premières notes de son tube « Maximus » résonnent dans le Fhloston. Viendra juste après sa nouvelle production, qu’il nous fera écouter en exclusivité. Complètement surexcité, Joachim Garraud change de masque toutes les deux minutes, et le balance dans la foule après l’avoir porté et dédicacé. Hors de question pour moi de partir sans le mien, je décide alors de monter sur les épaules de mon pote afin d’en attraper un. Excellente idée apparemment, puisque le suivant tombe dans mes mains. C’est gagné, rien que pour cela ma soirée est réussie. Les minutes passent, et la prestation du producteur français reste tendue vers le top niveau. 3h30 passées, Joachim Garraud reprend son synthé pour la « énième » fois et nous offre sa version du tube de Sebastian Ingrosso : « Calling ». Enorme ! Directement après, il enchaine sur un remix d’un son méconnu du grand public et assez vieux. Il s’agit de la production du glauque 666, « Alarma ». Heureux d’entendre cette track que nous apprécions personnellement. Nous décidons alors de lancer un « Eheeeeeeh … Ohoooooooh … » digne des plus grands festivals EDM, avec les gestuelles qui vont avec bien évidemment : nous sommes alors suivis par la foule entière ainsi que par Joachim Garraud. Une fois de plus munit de son instrument favori autour du cou, il joue alors « Adagio For Strings » de Tiësto. Le passage du créateur de « Zemixx » s’approche de la fin…

Le portable affiche 4h29 lorsque Joachim Garraud annonce la fin de son énorme set. Il a mis le feu et a ambiancé la boite entière. On a pu voir un artiste jouer pour l’amour de la musique et la communion avec le public. Comme dit plus haut, la disposition de la boite a été un véritable atout pour cette soirée entièrement réussie. Une proximité entre un DJ voulant partager son énergie débordante avec un public déchainé, allant même jusqu’à faire monter deux personnes sur scène. L’accessibilité de l’énorme producteur (que l’on a souligné lors de notre interview à l’Inox Park) s’est confirmée à la fin de son live, lorsqu’il a pris le temps de dédicacer et poser avec le public pendant de longues minutes sur la terrasse. Une séance photo où Joachim Garraud nous apprend qu’il ne participera pas à l’Electrobeach Music Festival car, selon lui, il y a une « ambiance de m**** » (au niveau de l’organisation, pas du public).

En conclusion, on a vécu une grande soirée mixée par un grand DJ dans une boite branchée, un événement à la hauteur de nos espérances. Sincères remerciements aux organisateurs pour ce superbe moment, ainsi que pour leur accueil et leur confiance. Retrouvez plus d’informations sur le Fhloston sur le site officiel, ainsi que sur la page Facebook.

Couverture de la soirée effectuée par Valentin S., avec l’aide d’Oce-B et Alex.